Mac fête ses 30 ans, Microsoft ne va pas tarder à fêter les 30 ans de Windows. Pour la plupart d’entre nous, l’histoire de l’informatique domestique se réduit à ces systèmes, ainsi qu’à Linux. Mais c’était comment avant ?

Source : MacGeneration, www.macg.co

D’une certaine manière, on pourrait dire que l’informatique a vécu sa mondialisation avant l’économie : une petite offre et une expansion à grande échelle. Au niveau de l’informatique, la compatibilité a été une grande avancée. Actuellement, peu importe la plateforme utilisée, le document que vous produisez pourra être partagé par tous, et même par la plupart des usagers mobiles. C’était impensable, avant !

Depuis quelques années, on sent un déplacement des données - programmes, documents, musique, films, … - des supports physiques (CD, DVD, …) vers le virtuel : internet, le nuage, … Avant, les programmes étaient sur … papier ! Et il fallait les encoder, caractère par caractère, sans faire une seule faute sous peine qu’ils « buggent » ou qu’ils ne démarrent pas. L’instituteur que je suis se demande alors si les élèves copiaient mieux du tableau après ces longues heures passées à recopier des caractères et des mots presque incompréhensibles au commun des mortels. Puis sont venues les cassettes - oui, oui, les mêmes que vos parents écoutaient - puis les disquettes souples, ensuite les dures, et enfin, comble du progrès à l’époque, les CD-ROM, qui sont déjà en voie de disparition ! Dire qu’avec les disquettes 3,5 pouces, il suffisait de faire un trou à la perceuse pour doubler leur capacité, essayez de faire cela avec un Bluray ou un disque dur ! Oui, mais ça, c’était avant !

Il y avait une pléthore de système, bien sûr incompatibles entre eux. Chaque mois - ou presque - une nouvelle machine voyait le jour. Nouvelles fonctions peut-être, mais surtout système d’exploitation propre et sans passerelle avec les existants. Pour chaque machine, il y avait le groupe des fans, les inconditionnels de l’Amiga, du Spectrum … de l’Apple et de tous les autres. Beaucoup tentaient leur chance et avaient leur heure ou semaine de gloire. Ça, c’était avant !

Alors que l’on parle d’une norme qui serait supérieure en qualité à l’écran HD, à l’époque, on parlait de nombre de couleurs, non pas en milliers ou en millions, mais en unités. Je me rappelle que pour son premier ordinateur, papa avait cassé sa tirelire pour avoir un écran 16 couleurs au lieu de 4 ! D’ailleurs, encore avant, il n’y avait qu’une couleur, au choix : orange ou vert, ou blanc … Et encore avant, il n’y avait même pas d’écran, comme sur le HP9830A qui imprimait sur papier les codes qui étaient inscrits. Ça c’était vraiment avant !

Aujourd’hui, nos ordinateurs sont devenues des oeuvres d’art dont le design a - presque - autant d’importance que leurs capacités de travail. Une griffe nous fait renvoyer l’objet sous garantie. Avant, les ordinateurs étaient surtout des outils, qui fonctionnaient bien pour autant qu’on ne les déplace pas trop, sinon attention les faux contacts … ou la fin des contacts ! Il aurait été impensable de les transbahuter partout comme on le fait maintenant, de les utiliser dans le train, l’avion ou sur un banc public ! Ils n’auraient pas supporté pareil traitement.

Avant nos machines avaient une mémoire vive de 1 à 16 … maintenant aussi ! Mais l’unité a changé, aujourd’hui, elle est 1 million de fois plus grande qu’à l’époque. Pour les disques durs aussi, les tailles ont changé. Mon premier disque dur faisait 20 Mb. actuellement, j’en ai plusieurs de 2 000 000 Mo ! Mais les documents et les images (photos) ont également progressé en volume : alors qu’un texte pouvait faire moins d’un kilo-octet, actuellement il en fera au moins 20, et une photo plusieurs milliers ! Bien sûr, on gagne en qualité, en précision … en beauté peut-être, mais où tout cela va-t-il nous mener ? Il y a 20 ans, un backup complet de mon système tenait sur une cinquantaine de disquettes - perforées ! Aujourd’hui, heureusement qu’il y a les disques durs externes, sans quoi, pour faire une copie complète de mon système, il me faudrait …

  • 142 DVD-ROM
  • 1715 CD-ROM
  • 830 000 disquettes
  • … ou un disque dur !

Et là, je ne suis pas sûr que le nuage nous soit en grande aide avant quelques années. Pensez : quel espace d’hébergement nécessaire, et puis, même avec la fibre et les très hautes vitesses de bandes passantes de nos amis français, il faudrait encore plus d’un jour à vitesse maximale pour tout stocker ! Ça, ce sera pour plus tard, peut-être !

Je me souviens du temps où, on passait des heures entre copains, à jouer sur un ordinateur, chacun à son tour, à ces jeux formés de gros carrés - appelés pixels ! - et dont les musiques toutes électroniques étaient aussi mythiques que les jeux qu’elles accompagnaient. Pour beaucoup, l’informatique, c’était du bidouillage, de l’amusement, et beaucoup de temps. Aujourd’hui, c’est devenu au moyen de vivre, une nécessité, pas seulement pour travailler mais aussi pour communiquer - quoi que, sur ce thème, je pourrais écrire un billet long comme le bras, au moins ! L’informatique qui réunissait, ça aussi, c’était avant !

Et on n’a encore rien vu ! Le meilleur - du pire ? - est pour demain. La montre qui nous dit ce qu'il faut manger, la voiture qui s’arrête toute seule, et les montagnes de déchets numériques … nouvelles préoccupations pour nous et nos politiques dans peut-être bien peu de temps ! Sans parler des vols de données, d'information et de personnalité.

Cet article fait suite à ma lecture de la publication de souvenirs informatiques parue sur Macgeneration : http://www.macg.co/materiel/2014/02/temoignages-cetait-comment-avant-le-mac-cetait-super-79605