Aujourd’hui, c’était la course d’école. Train, bateau, visites et ateliers. Une journée bien remplie et très agréable. Et pourtant …

6h30, départ. Rien d’original, un début de journée comme les autres. Arrivée à l’école, pas mal de choses à gérer parce que le fait d’être présent ou absent ne change pas grand-chose au travail qui s’accumule. Penser à tout – merci natel de me rappeler tout ce que j’aurais bien pu oublier – faire les choses dans les temps et … être prêt à partir, corps, âme et esprit !

Pour le corps, oui, nous étions à l’heure, tant mes élèves que moi. Par contre dans la tête se bousculaient encore la nuit bien courte, les pleurs à peine entendus mais bien enregistrés de bébé et les différentes demandes urgentes de mes collègues. Bref, heureusement qu’il y avait 45 minutes de train pour mettre tout cela en ordre.

La journée s’est très bien passée: temps gris puis soleil de plomb, ambiance lourde en fin de journée, mais élèves intéressés, en forme et tellement autonomes. Le signe d’une véritable évolution – ou plutôt maturation devrais-je dire – qui ne peut que me réjouir, une petite récompense aux efforts fournis – tant les leurs que les miens.

Je vous entends déjà penser . « Là, papa, il a perdu le fil de son article : il parle sa course d’école alors que le titre n’est pas vraiment centré sur ce thème. » Vous avez raison et j’y viens.

Voilà le contenu public de ma journée. Pourtant, le plus important, ce qui me touche le plus – sans rien minimiser de ce que je viens d’écrire – c’est de savoir qu’à la maison, deux être chers m’attendent. Je ne vais pas rentrer chez moi et apprécier qu’il n’y ait plus 42 élèves qui parlent et s’exclament tous en même temps, m’installer confortablement et surfer ou apprécier un bon film. Non, je vais rentrer chez et retrouver « mon comité d’accueil ». Tamara est encore trop petite pour courir dans mes bras et crier « Papa » mais pourtant, nous retrouver tous les 3, c’est là le clou de la journée.

Et cerise sur le gâteau, ce soir Tamara était bien paisible. Elle a dormi un bon bout de temps dans mes bras, rassasiée de lait … et peut-être d’amour aussi.

Tamara et papa

Pin It on Pinterest

Share This