Avoir deux filles, ce n’est pas vivre deux fois la même expériences, mais alors pas du tout.

Déjà, la deuxième arrive lorsque la première est encore là … et donc sa présence s’ajoute, d’un coup, à une présence que l’on a appris à apprivoiser. Et si l’on était déjà comblé de joies et de demandes en tout genre avec une petite perle, la deuxième princesse vient en rajouter.
Il y a aussi tout ce qu’on avait bien rapidement oublié : les pleurs, l’allaitement – non ça ne me concerne pas vraiment ! – le réveil la nuit, … et les sourires qui commencent à pointer eux coins des lèvres après quelques semaines.

Mais cette deuxième princesse n’est en rien une copie confirme de la première. Quand Alexine ne se sent pas bien ou veut quelque chose, elle le crie … fort ! Quand elle ne veut plus mettre ses vêtements, elle grandit … vite, très vite, au point qu’à 2 mois, elle a déjà la taille de Tamara à quatre et qu’elle peut presque enfiler les vêtements de sa soeur dès qu’ils ne lui vont plus. Quand elle a faim, elle le crie, fort … et s’il n’y a pas assez, elle demande avec insistance le biberon, source de salut pour son petit estomac encore si vide, et pour les oreilles de papa, plus sensibles à ce genre de demandes.

Si dans nos attributions parentales, je m’occupe bien plus de Tamara que d’Alexine, je me réjouis déjà, par petites touches, de faire sa connaissance, d’entrer plus en relation avec elle, de la découvrir … Et c’est pour bientôt, Esther approche de la fin de son congé maternité et le « vrai » jeudi avec papa va bientôt reprendre, à double maintenant !

Pin It on Pinterest

Share This