Vacances !? Un enseignement à tirer !

Publié le 27 Oct 2012
b
871 vues

Après quelques 7 semaines de cours – et souvent quelques-unes de plus en préparation d’année scolaire – nous arrivons, en Suisse Romande, à nos premières vacances scolaires : 2 semaines en plein milieu de l’automne.

Selon les années, elles sont vues et utilisées de manières différentes mais toujours les bienvenues.

C’est souvent le temps d’un premier bilan et d’un réajustement, si nécessaire, des options prises pour la rentrée face à la réalité de la classe. Parfois, elles permettent de juste sortir la tête de l’eau avant de replonger, moins profond on l’espère. Plus exceptionnellement, c’est l’occasion de se marier et de partir en voyage de noces, même si c’est dans le nord !

Cette année-ci, le programme et le contenu de ces vacances étaient bien définis, peut-être même un peu trop : séjour au chalet pour se reposer, visites à des amis en Alsace, à mon frère à Karlsruhe et à d’autres amis en Lorraine, une bonne série de pages de cours à préparer et planifier quelque peu les semaines de la prochaine période, passer du temps avec ma femme et ma fille … Il ne fallait même pas un grain de sable dans les rouages pour que le projet ait peu de chances d’aboutir.

Alors lorsqu’une espèce de grippe-bronchite-toux et autres dysfonctionnements de santé débarquent, c’est rapidement la gabegie et le mode « survie » prend bien vite le dessus. Le repos au chalet était tout défini pour être un bon début … ensuite se sont enchaînés les petits voyages et les rencontres agréables mais l’énergie manquant et les nuits n’étant pas toujours de bonne qualité, le système de mise en sécurité a souvent été activé pour éviter les surchauffes.

Les cours, eux, ont simplement été victimes du manque d’énergie et sont presque passés à la trappe, certains projets à faible demande énergétique étant tout de même réalisés.

Vous aurez peut-être remarqué un vocabulaire de chauffagiste plutôt que plutôt que médical, un petit clin d’oeil aux hôtes d’une de nos étapes.

Un enseignement à tirer …

Mais si je raconte tout cela, ce n’est pas pour étaler ma vie privée en public … il y a un plus, un enseignement que je désire vous partager. Si vous êtes comme moi, centrés sur la tâche et plus spécifiquement sur une tâche – il paraît qu’être homme aide à fonctionner de cette manière – l’accumulation de casquettes rend la chose bien difficile et demande, au moins un peu, de changer de fonctionnement.

Être mari, père, enseignant, webmaster, frère, fils, ami … peut encore se conjuguer sans trop de mal tant qu’on y ajoute pas … humain. Parce que l’humain est fortement limité en énergie, en temps, en pouvoir et que ces limitations ne vont pas aider la cohabitation des différentes casquettes … surtout lorsque l’on désire tout maximiser. Il faut donc forcément faire des choix, sans revoir tous ses objectifs à la baisse pour autant, mais peut-être en leur donnant plus de temps, en acceptant de ne pas tout faire d’un bloc mais de se remettre au travail plusieurs fois, moins longtemps, peut-être moins efficacement aussi.

Au final, l’oeuvre accomplie sera plus grande, le temps vécu plus riche, les sentiments d’être et de réaliser non moins conséquents mais les domaines qui occupaient toute la place jusque-là seront certainement, à premier abord tout au moins, un peu coincés dans leur nouvelle configuration.

Pin It on Pinterest