La vie en camping car, c’est un retour à la simplicité, et nos exigences peuvent rendre ce retour parfois bien compliqué !Fatigués de la route, fatigués des petits ennuis du départ, fatigués de la pluie et du froid, nous avons hâte de nous poser et de passer enfin à la nuit, presque n’importe où, mais certainement pas à l’endroit prévu à savoir au col des Mosses. C’est trop tard, nous n’avons plus assez d’énergie et nous simplifions.

Nous avions prévu de rencontrer mes parents pour le goûter au pont de Gueuroz. Ce sera finalement sur l’aire d’autoroute du Grand-St-bernard près de Martigny, plus simple d’accès et plus sur « la route ». Nous passons un bon moment ensemble, à 6 dans notre « tiny house sur roues ». Papa tente de réparer le robinet, ce sera une réparation de fortune, qui évitera que trop d’eau ne s’échappe du robinet abîmé mais ne nous rendra pas l’eau courante. Il faudra camper quelques jours, attendre mardi que les garages ouvrent, et nous dérouter sur Zurich pour passer à la maison mère « Bantam » !

Parce que, parfois, la réalité dépasse les rêves et les projets, et que la sagesse doit les surpasser également, nous mangeons finalement au restaurant « Marché » du parking d’autoroute. C’est chaud, bon, simple, et en plus, si les parents mangent bien – comprenez dépensent au moins 40.- à deux – les enfants mangent gratuitement. Une bonne nouvelle en cette fin de journée.

La nuit est maintenant tombée, nous sommes rassasiés, crevés, mais pas au point de dormir sur une aire d’autoroute ! Via l’application Park4night – j’y reviendrai dans mes prochains billets – nous trouvons une aire calme, simple – un parking sans aménagement – à quelques kilomètres. C’est là que nous passons notre première nuit, coincés entre deux camping-cars arrivés plus tôt que nous.

Première découverte des chambres, des lits, apprivoisement des bruits, des petites craintes nocturnes pour les filles… Nous ne dormons pas vraiment bien mais nous dormons, au chaud, au sec, au calme.

Pin It on Pinterest

Share This