Ce matin, j’étais sous ma douche, et tout à coup, j’y ai pensé…

Ça faisait bien quelques heures que je ne m’étais pas préoccupé de toutes ces choses…

  • pas besoin de trouver un endroit pour remplir le réservoir d’eau propre, il semble être infini
  • pas besoin de couper l’eau au milieu de ma douche parce que le réservoir d’eaux grises était plein
  • pas besoin d’enclencher le chauffe-eau suffisamment à l’avance pour que l’eau soit prête à l’heure de ma douche
  • pas besoin de mettre de la poudre, de l’eau, d’allumer la plaque… et d’attendre, j’ai appuyé sur quelques boutons et j’avais un café bien chaud et bien « comme je les aime »

Et puis, hier soir, à l’heure du coucher:

  • pas besoin de trouver une place agréable et calme pour passer la nuit, ma place était réservée, elle m’attendait…
  • pas besoin d’installer le lit, de me mettre d’accord avec mon épouse pour aller dormir en même temps, je peux travailler dans mon grand bureau alors qu’elle est déjà au pays des rêves
  • ce matin, pas besoin de se lever tous en même temps, Alexine a déjà fait un coeur en perles alors que nous dormons toujours profondément
  • pas besoin de chercher une boulangerie pour le petit-déjeuner, le congélateur a toutes les ressources nécessaires

Mais quand même…

Aujourd’hui, demain, après-demain, dans un mois, ce sera la même vue à la fenêtre, seule peut-être la météo l’assaisonnera différemment. Le programme passera inexorablement de l’aventure à la routine, bien nécessaire pour que les journées bien remplies en activités énergivores puissent s’organiser et se succéder, parfois à une vitesse effrénée.

Ce matin, je disais aux filles : Vous savez, on a rendu le camping-car, ce n’est pas grave : vous, je vous ai encore. C’est la fin d’une aventure mais la suite d’une autre : la vie de famille, qui a été tellement fortifiée par tout ce vécu commun !

Pin It on Pinterest

Share This