Après une dernière nuit assez chaotique, l’heure est venue de se séparer…

Comme c’était écrit hier, l’emplacement n’était pas le meilleur. Si les filles ont plus ou moins bien dormi, papa – avec un gros rhume et une toux de plus en plus envahissante – et maman n’ont pas beaucoup dormi. Tout juste ont-ils fermé les yeux et sombrer dans les bras de morphée quelques heures. Mais qu’importe, il y a cette adrénaline des changements qui est là et, même si on aurait bien préféré continuer cette aventure encore et encore, aujourd’hui est un jour pivot. Et il y a toujours de l’énergie pour cela.

Nous sommes réveillés bien avant le réveil… tant et si bien que lorsqu’il fait résonner sa musique, on se demande d’où elle vient. Il a fait froid cette nuit, tout est gelé dehors. Bien sûr, grâce au chauffage, cela ne nous a pas posé de problème. Les filles se réveillent lentement, entre joie de la perspective de retrouver la maison et demi-sommeil après une nuit trop courte. Papa est au taquet, comme toujours dans ces situations. Pas de pause pour émerger : il est habillé, le café est sur le feu, les derniers rangements commencent déjà. Nous avons bien de l’avance sur l’horaire, de quoi prendre son temps, mais ne pas trop en perdre quand même !

Un biscuit avalé, avec un grand café ou un grand thé, et nous voilà en route pour les quelques minutes qui nous séparent du parking où nous avons laissé la voiture. Nous avons presque une heure d’avance sur le rendez-vous. De quoi prendre son temps pour tout transvaser et rendre le camping-car en parfait état. Les filles sont contentes de retrouver la voiture – elles seront encore plus contentes de retrouver leurs chambres, leurs peluches et leurs jeux.

Comme tout était déjà bien prêt hier, le transbordement se fait rapidement. Et puis on joue, on court, c’est un peu l’énergie du désespoir…

L’état des lieux et la remise des clés se fait rapidement. Un peu trop peut-être… et déjà nous sommes partis ! L’aventure est terminée mais pas les vacances ! C’est bizarre de se retrouver dans un environnement si « petit ». Tout low cost que soit notre voiture, elle semble bien silencieuse, tant de moteur que d’habitacle, et bien nerveuse. C’est fou comme la « comparaison » peut changer les choses !

Nous profitons du lever du soleil pour rester encore un petit moment dans ces beaux villages et prendre un petit-déjeuner digne de ce nom dans un tea-room. Ronde des temps et des saisons, alors que nous terminons nos vacances, les tenanciers les commenceront ce soir.

Le retour à la maison se fait par étape. Après le déjeuner au tea-room d’Evolène, c’est le dîner chez Papilou et Mamijo, au chalet, avec ma soeur et sa famille. On n’a pas tout à fait l’impression de rentrer à la maison… et pourtant.

Après un excellent repas, comme toujours – merci Maman – c’est l’heure de vraiment prendre la route du retour. Le plein fait – elle ne boit pas 10 l mais il en faut quand même un peu – c’est l’autoroute pour papa, le sommeil et les rêves pour les autres ! Elles en ont bien besoin. Papa attendra le soir…

Que d’aventures, que de photographies mentales ou numériques, que de bons moments passés ensemble, souvenirs indélébiles, gravés dans nos mémoires et nos coeurs pour l’éternité. Quelqu’un disait qu’il valait mieux investir dans les bons moments qu’en matériel… il avait raison !