Nous sommes sur la route du retour mais en camping-car… nous allons dans la bonne direction, lentement, en prenant le temps, en nous arrêtant, en faisant quelques visites,… Nous ne sommes pas pressés, et surtout pas de rentrer à la maison !

Pour la petite histoire…

Comme vous aurez pu vous en rendre compte si vous avez suivi notre aventure, les billets ont été annotés en temps réel mais écrits et publiés à notre retour, question de temps, d’énergie et de sécurité sur les réseaux sociaux. J’écris donc ce billet samedi après-midi, sur le balcon, à l’ombre du parasol alors que le soleil brille de 1000 feux. Une petite brise rend l’air respirable et la chaleur agréable. Un vrai rappel des vacances !

Aujourd’hui, nous ne sommes pas pressés, ni de partir, ni d’arriver. Nous prenons donc le temps de nous promener autour de ce lac noir, en partant de l’autre côté. Les oiseaux chantent – les grenouilles dorment, peut-être, en tout cas on les entend bien moins qu’hier – et nous avançons nonchalament sur le sentier qui longe le lac. Nous rencontrons d’autres promeneurs, bien plus décidés que nous à en faire le tour, et échangeons quelques mots. C’est une belle balade printanière.






Nous prenons ensuite la route, plus ou moins directe, direction Vevey puis le Valais. À peine sur l’autoroute, l’heure de manger – à l’horloge et dans nos estomacs – se fait sentir. Une petite pause sur le parking de la Gruyère permettra une fois encore de profiter de la cuisine prête à l’emploi. Quelques pas, repas, la vaisselle, ne l’oublions pas,… et c’est reparti.

Le toboggan de Châtel-Saint-Denis semble moins terrible que dans mes souvenirs, plutôt lointains, et même les 3,5T de notre maison sur roue ne – me – posent aucun problème. Nous continuons direction le Valais, avec le désir d’arriver presque le plus tard possible à Fully – nous ne le disons pas mais le pensons très fort.

Nous avons le temps, et sommes de retour dans des régions peuplées de gens qu’on connaît. Esther propose que nous allions visiter sa soeur chez Brönnimann à Noville, après quoi nous rendons visite à mon oncle et ma tante à Yvorne.

Entrer dans leur cours nécessite quelques capacités de conduite, l’entrée étant exactement de la largeur du camping car. Heureusement, les bords sont délimités par des thuyas et non des murs de pierre. La sortie se fera bien plus facilement : une fois le mastodonte bien placé, il n’y a plus qu’à reculer bien droit . Merci Papilou pour les heures de conduite avec un break rempli à ras bord !

Mon oncle et ma tante sont sur le départ pour la Normandie, cela ne nous empêche pas de passer un très bon temps d’apéritif sur le balcon, entre verre de rouge – vin pour les adultes, sirop pour les filles – viande séchée, petites tomates et biscuits. Quelle joie d’avoir le temps de partager quelques instants avec les gens que nous aimons !

Nous continuons notre route vers Fully, non sans prendre le temps d’effectuer les travaux quotidiens et de remplacer la bonbonne vidée quelques jours plus tôt. Vers Fully, nous cherchons l’emplacement renseigné par notre traditionnelle application et avons un peu de peine à la trouver. C’est raide et pas très plat… Nous nous arrêtons dans le premier parking possible. Pendant que maman commence à préparer les grillades, Tamara et papa vont visiter, voir s’il y aurait mieux. En effet, le parking renseigné n’est pas celui que nous avons trouvé mais il est déjà occupé par un chapiteau, donc pas disponible durant cette période. Finalement, nous nous plaçons définitivement sur une place en gravier, où nous ne devrions gêner personne. Il y a des bancs, des tables, une place de jeux… L’idéal pour cette fin de journée et pour des grillades. Comme c’est pratique ce grille gaz prêt en 2 minutes !

Une journée de plus… bonne et agréable !

Pin It on Pinterest

Share This